Et si nous renommions le Panama, l’Équateur?

En pénétrant dans l’atelier de confection des « sombrero en paja toquilla », nous ne pouvons manquer l’odeur de paille qui y règne. Des femmes, cheveux noir tressés, vêtues de jupes colorées, couvertes de châles et coiffées de panama, sont assises. Elles tissent. Sans même regarder leur ouvrage, elles conversent en quichua et rigolent. Le soleil se…

Lire plus