Qui n’a jamais vu cette œuvre du célèbre sculpteur Rodin ? Tout simplement personne. Et c’est bien normal, car il s’agit de la pièce la plus connue de l’artiste. Cette dernière est en fonte et se retrouve dans les jardins du musée Rodin. Cette pose équivoque d’un homme, Dante de La Divine Comédie, se penche en avant et semble méditer. Il observe les différents cercles infernaux et représente à la fois la souffrance mais aussi l’esprit libre qui la transcende et s’en libère. Une figure d’une très grande poésie. Cette simple sculpture qui trône sur le tympan de La Porte des Enfers a été répliquée et agrandie pour être exposée seule. Il en existe de nombreux exemplaires qui se retrouvent aux quatre coins du monde. Il y en a par exemple un en Amérique, à l’entrée du California Palace of the Legion of Honor de San Francisco. Mais Rodin a sculpté de nombreuses autres œuvres dans sa vie. Outre Le Penseur, qu’a donc réalisé l’artiste ? D’autres figures sont-elles considérés comme incontournables dans la vie de Rodin ? Ces questions auront certainement une réponse dans cette rétrospective.

Le_Penseur_in_the_Jardin_du_Musée_Rodin,_Paris_March_2014
Le Penseur, 1880, bronze, 1.80m x 0.98 m x 1.45 m, Musée Rodin, Paris. Wikimedia Commons.

La vie méconnue de Rodin

photorodin
Auguste Rodin photographié par Nadar, 1891. Image libre de droit. Wikimedia Commons.

L’artiste François René Auguste Rodin est né à Paris en 1840. Il est le fils de Jean-Baptiste Rodin, un garçon de bureau à la préfecture de police ainsi que de Marie Cheffer. Il possède également deux sœurs, Maria Louis et Anna Olympe ainsi qu’une demi-sœur dont il n’est pas très proche. Rodin a suivi jusqu’à ses 9 ans des leçons religieuses mais il n’était pas très doué pour les cours. À ses 11 ans, il est envoyé en pensionnat et c’est alors qu’il a commencé à s’intéresser aux arts, notamment au dessin. Sa passion grandissante n’était pas au goût de son père qui ne voulait absolument pas qu’Auguste Rodin ne devienne artiste. Le futur artiste a dû attendre trois ans et convaincre son père pour finalement être réussir à être intégré à l’École impériale de Dessin et Mathématiques. C’est ainsi qu’il a pu se former à la peinture, sous la tutelle de l’artiste Horace Leloq de Boisbaudran. Mais son engouement pour la sculpture commence à son quinzième anniversaire lorsqu’il va passer son temps à faire des croquis au musée du Louvre, à la Manufacture des Gobelins ou encore au Cabinet des estampes de la Bibliothèque impériale. Rodin veut poursuivre sa formation artistique et va donc essayer d’intégrer l’Académie des Beaux-Arts mais ne sera jamais admis. À 20 ans, il réalise sa première sculpture et la dédie à son père qu’il portraiture sous des traits inspirés des marbres romains. Il commence tout juste à s’épanouir dans son art lorsqu’un drame arrive dans sa famille. En 1862, l’une des sœurs de Rodin meurt, ce qui va profondément affecter le sculpteur. Rodin intègre alors les ordres et va s’éloigner des arts pendant deux ans. Cette pause artistique prend finalement fin deux ans plus tard grâce aux encouragements du Père Eymard et Rodin reprend goût à la vie avec la rencontre de Rose Beuret, sa future femme et la mère de son fils Auguste Eugène Beuret. Sa carrière artistique se développe réellement en 1864 grâce à sa collaboration avec Albert-Ernest Carrier-Belleuse, artiste reconnu du Second Empire. Auguste Rodin ajoute alors les ornements d’architecture à son bagage artistique.

baiserrodin
Le Baiser, Rodin, vers 1881-1882. Plâtre patiné, Musée de Rodin, Paris. H. 181,5 cm ; L. 112,5 cm ; P. 117 cm. Image libre de droit. Wikimedia Commons

L’année suivante, il tente de participer au Salon avec L’Homme au nez cassé mais son inscription est refusée par le comité. Il poursuit alors sa carrière en Belgique avant de voyager en Italie pour s’inspirer des œuvres de Michel-Ange. Sa nouvelle inspiration lui permet de créer la sculpture l’Âge d’airain qu’il expose au Cercle artistique et littéraire de Bruxelles puis au Salon des artistes français de Paris. Mais son art est si réaliste qu’il est critiqué par ses pairs au point de créer un scandale. Pour calmer les tensions, il décide alors de créer Saint Jean Baptiste tout en le faisant plus grand que nature pour prouver qu’il ne moule pas de corps mais bien qu’il les façonne à la main. Auguste Rodin poursuit sa carrière en travaillant un temps comme décorateur de la Manufacture de Porcelaine de Sèvres avant de créer la célèbre Porte des Enfers sur laquelle trône Le Penseur. Arrive alors les années de sa rencontre avec Camille Claudel, une de ses élèves qui devient rapidement sa muse, sa collaboratrice et sa maîtresse. Rodin va continuer à créer durant plusieurs années jusqu’à ce qu’il tombe malade en 1916. Il arrête alors la sculpture, fait des donations pour créer un musée Rodin, épouse Rose Beuret qui meurt quelques jours plus tard de pneumonie. L’artiste finit par s’éteindre en 1917.

Une œuvre majeure de Rodin : La Porte des Enfers

porteenfers
La Porte des Enfers, Rodin, bronze, entre 1880 et 1917. Mexico, Musée Soumaya. 6,35 x 4 x 0,85 m. Image libre de droit. Wikimedia Commons.

Lorsque l’on parle de Rodin, la première chose qui nous vient en tête est son Penseur. Pourtant, avant d’avoir été séparée et de devenir une pièce à part entière, il s’agit avant tout de la figure la plus importante et centrale du tympan de La Porte des Enfers, une autre œuvre principale de Rodin. Cette dernière possède plusieurs scènes qui méritent d’être plus amplement connues du grand public.

La première est uniquement constituée des trois sculptures trônant au dessus de la porte. Baptisées les Trois Ombres, elles représentent très certainement les personnes désespérées qui ne peuvent qu’attendre pour tomber dans l’un des neuf Enfers décrits dans la Divine Comédie de Dante. Elles sont parfois appelées « les Désespérants ».

Viennent ensuite les figures du tympan. Outre Le Penseur qui peut figurer le juge des Enfers, Minos ou encore Dante lui-même, deux sculptures féminines se démarquent des autres. La première se situe à gauche de l’œuvre emblématique de Rodin. Cette femme, La Martyre, est représentée les bras grands ouverts, dans une position mêlant à la fois toute la souffrance et le plaisir du personnage. Auguste Rodin a utilisé cette figure pour composer deux autres scènes sur La Porte, à savoir La Fortune et L’Avarice et la Luxure. L’autre figure féminine se trouve tout à droite du tympan. Baptisée La Méditation, cette jeune femme penche légèrement son corps vers la gauche et recouvre son visage d’un de ses bras. Son geste fait écho aux Trois Ombre et nous montre donc un personnage féminin méditant sur son avenir plein de souffrance et de perdition.

Vient ensuite l’encadrement de La Porte. Plusieurs sculptures et bas-reliefs décorent les bordures de cette œuvre gigantesque mais deux sont répétées : Les Limbes et Le Cercle des Amours. Ils s’agit en réalité de deux bas-reliefs qui ont été coupés en deux puis déposés de part et d’autre de la porte mais qui ne narrent qu’une seule et unique scène chacun. Le premier présente les âmes des personnes étant mortes avant le baptême. La majorité des figures sont donc des enfants accompagnés de leurs mères ainsi que de leurs aïeules. La second bas-relief se concentre sur les personnes ayant succombé au plaisir de la chair.

Enfin, viennent les sculptures des vantaux de la porte. Sur celui de gauche, deux scènes se distinguent des autres. La première se nomme Paolo et Francesca. Il s’agit de deux amants amoureux, Paolo étant le beau-frère de Francesca. Une fois morts, ils ont été jugés et restent maintenant dans le deuxième cercle des Enfers de Dante, le cercle des Amours, un lieu où les vents ne font que souffler pour rapprocher les amants pour mieux les séparer avec une nouvelle bourrasque. Ugolin et ses enfants, le deuxième groupe sculpté, nous montre un père de famille qui a commis le pire des péchés : la trahison. À la suite de cela, il a été enfermé par ses concitoyens dans une tour avec ses enfants qu’il dévore de faim avant de succomber. Sur le vantail droit de la porte se retrouvent également deux bas-reliefs qu’il est intéressant d’analyser. Le premier est L’Avarice et la Luxure. Ici nous avons un homme au désir malsain et biaisé qui désire une jeune femme des plus sensuelles. Cela a été représenté par un homme se positionnant au-dessus d’une sculpture féminine dénudée et en position lascive. La dernière œuvre à détailler ici est Fugit Amor, un groupe symbolisant le cercle de la luxure. Ainsi la femme y est si belle qu’aucun mortel ne pourrait y résister. De plus elle est l’image des chimères et des rêves qui nous sont inaccessibles. Son amant est éloigné par les bourrasques qui torturent à jamais les amants, les rapprochant et les séparant jusqu’à la fin des temps.

D’autres œuvres de Rodin

ageairinrodin
L’Âge d’airin, Rodin, bronze, 1877, Paris, Musée d’Orsay. 178 x 62 x 61,5 cm. Image libre de droit. Wikimedia Commons.

Parmi les plus grandes œuvres de Rodin figure L’Âge d’airain. Cette sculpture a été la première à faire connaître l’artiste au grand public. C’est aussi celle qui a créé l’un des scandales qui ont le plus caractérisé la carrière de Rodin. Il a en effet été accusé de créer ses œuvres directement sur le corps de ses modèles et non de les modeler à la main. Et cela peut se comprendre par la maîtrise avec laquelle Rodin a su mettre en avant un nu naturiste aux courbes sensuelles. L’artiste a voulu ici s’affranchir des règles académiques ce qui le catapulte comme l’un des premiers artistes de la sculpture moderne. Aucune connotation héroïque ou historique pour l’Âge d’airain, seulement un bronze d’un jeune homme sensuel et désirable.

Une autre œuvre remarquable de Rodin est son groupe nommé Les bourgeois de Calais. Ici le sculpteur a voulu représenter un épisode particulier de la Guerre de Cent Ans. Il s’agit des six personnes qui ont été sacrifiées pour sauver la population de Calais lorsque les Anglais ont conquis la ville entre 1346 et 1347. Le talent du sculpteur pour les expressions faciales a ici un effet tout particulier car il exprime parfaitement la détermination, la dévotion et le désarrois des différents personnages.

L’Homme qui marche est une autre des pièces maîtresse d’Auguste Rodin. Ici, le sculpteur parfait l’art du corps masculin qu’il avait initié avec son Âge d’airain. La musculature du torse et des jambes y sont parfaitement sculptée, amenant à une nouvelle phase du réalisme naturel qui fait l’art de Rodin. Il est toutefois difficile de dire si la figure se voulait sensuelle par l’absence des bras et de la tête. Si l’on reste dans le côté érotique, Rodin a aussi créé Isis, messagère des dieux vers 1895. Encore une fois le naturel du corps nu nous est présenté pour hypnotiser le spectateur. Le sculpteur se rapproche également de l’Origine du monde de Courbet en dévoilant le sexe féminin au travers de mouvements gracieux et aérien de la messagère divine. Cette figure s’inscrit parfaitement dans le cercle des Amours décrit par Dante dans sa Divine Comédie et se retrouve également sur La Porte des Enfers de Rodin. Le message de la sensualité parvient parfaitement au spectateur dans tous les cas.

Rodin a également créé une œuvre pour rendre hommage à Balzac. Sculpté en 1898 après des années de préparation, Le Balzac incarne pleinement l’art du sculpteur. Ainsi, la robe de bure de l’écrivain a été remplacée par un drap et cela a fortement déplut au commanditaire tout comme au Salon qui l’a refusé. Rodin a ici transformé à son image la manière de conter l’histoire et de se l’approprier ce qui symbolise parfaitement la sculpture moderne dont il est précurseur. La dernière pièce maîtresse du sculpteur du Penseur est son Baiser. Ici, l’artiste a une nouvelle fois représenté les amants Paolo et Francesca qui apparaissent dans la Divine Comédie de Dante. Ils ont tous les deux été tués par le mari de Francesca et errent maintenant dans les Enfers. Chose intéressante, le Baiser peut ici faire également référence à la liaison qu’entretenait Auguste Rodin avec son apprentie et maîtresse Camille Claudel, se cachant et se retrouvant pour s’aimer sans que la femme de Rodin, Rose Beuret, ne soit au courant.

Auguste Rodin est un artiste qui a eu une carrière des plus complètes mais aussi des plus tumultueuses. Il a su se faire un nom pour le réalisme de ses œuvres qui lui ont souvent valu d’être discrédité par ses pairs. L’artiste a pourtant su moderniser l’art de la sculpture par sa manière de représenter les corps mais aussi de fragmenter, assembler ou de ne pas terminer volontairement ses travaux. La liste des œuvres est encore longue donc il ne faut pas hésiter à redécouvrir la vie de Rodin au-delà de cette rétrospective artistique.

Image à la une : Rodin, Les Bourgeois de Calais, 1895, bronze, Paris, musée Rodin. Image libre de droit. Flickr.

En savoir plus :

Sculptures, fiches techniques [en ligne], consulté le 26 juin 2020. URL : http://www.musee-rodin.fr/fr/collections/sculptures?page=1

Qui est Auguste Rodin ?, Le Grand Palais [en ligne], consulté le 26 juin 2020. URL : https://www.grandpalais.fr/fr/article/qui-est-auguste-rodin

Claire Maingon, Auguste Rodin en 2 minutes, Beaux-Arts Magazine [en ligne], consulté le 26 juin 2020. URL : https://www.beauxarts.com/grand-format/auguste-rodin-en-2-minutes/

Claire Maingon, 5 choses que vous ne savez pas sur Rodin, Beaux-Arts Magazine [en ligne], consulté le 26 juin 2020. URL :  https://www.beauxarts.com/grand-format/5-choses-que-vous-ne-saviez-pas-sur-rodin/

Auguste Rodin, France Culture. URL : https://www.franceculture.fr/personne-auguste-rodin

Publié par :Andres Camps

Etudiant en Master 2 Histoire de l'art à l'université de Pau et des pays de l'Adour Mémoire de M2 sur Les manga homosexuels : représentations et interprétations Etudiant en Master 1 Information, documentation spécialité édition à l'université Jean-Jaurès

Laisser un commentaire