Féminin-singulier : Betty Catroux mise à l’honneur au Musée Yves Saint-Laurent à Paris

Cette semaine, le Musée Yves Saint Laurent rouvre ses portes pour sa nouvelle exposition Féminin Singulier en hommage à Betty Catroux, muse et « double-féminin » du célèbre couturier.

Qui mieux que l’ex-mannequin et icône de mode des années 60 pour incarner son appropriation du style masculin/féminin présent dans les créations d’Yves Saint Laurent ?

Pour cette exposition, Madison Cox, le président de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, a choisi de donner carte blanche à Anthony Vaccarello, le directeur artistique de Saint Laurent. Celui-ci a choisi une cinquantaine de modèles parmi l’extraordinaire donation faite par Betty Catroux au musée en 2019.

« D’elle, on croit tout connaitre : une allure, une mèche blonde sur des lunettes noires, une longue silhouette masculine mais très féminine en même temps, le double dit « bipolaire » de Monsieur Saint Laurent. Elle est tout cela mais aussi tout autre chose : une femme qui vit, qui bouge, qui pense, qui rit et qui incarne l’esprit Saint Laurent sans grand discours. Son allure, son mystère, son côté sulfureux, un danger insaisissable, désirable, tout ce qui fait l’aura de cette maison, on en comprend l’ampleur quand on rencontre Betty. Elle est la preuve vivante de la nature intemporelle et dynamique de la maison. »
Anthony Vaccarello

photo 2
Photo © David Sims

L’exposition met en lumière les créations iconiques de la maison portées par Betty Catroux :  de la saharienne, au trench-coat, en passant par le jumpsuit et les incontournables tailleur-pantalon et smoking. Ces pièces témoignent du « style Saint Laurent » présent dès les années 1960 et décliné jusqu’en 2002, date de fermeture de la maison de haute couture. Pour l’occasion, Anthony Vaccarello a également imaginé des bottes pour habiller les sahariennes exposées. Certaines de ses créations actuelles sont également présentées en vitrine, en hommage à Betty Catroux.

L’exposition s’articule entre photos, archives épistolaires et graphiques, pièces textiles et vidéos. Une vidéo réalisée par Loïc Prigent, montre Betty partageant avec Anthony ses souvenirs face aux photographies et aux vêtements présents dans l’exposition.

La scénographie singulière plonge le visiteur dans l’ambiance des podiums. Les mannequins sont coiffés de perruques blondes platine et portent des lunettes de soleil. Le noir est mis à l’honneur aussi bien dans les pièces textiles que dans les installations des différentes salles du musée.

photo 3
Féminin Singulier
© Courtesy of Saint Laurent

Mais qui est l’iconique Betty Catroux ?

Betty Saint, de son nom de jeune fille, arrive avec ses parents à Paris à l’âge de quatre ans. Dans les années 1960, Betty travaille deux ans pour la maison Chanel. Elle n’aime pas y travailler et décide alors de se consacrer aux shooting photographiques. En juin 1960, elle apparait pour la première fois dans le célèbre magazine de mode Vogue. Betty pose pour les plus grands photographes dont Helmut Newton, Irving Penn, Steven Meisel ou Jeanloup Sieff.

En 1967, elle se marie avec le décorateur d’intérieur François Catroux. La même année, elle rencontre Yves Saint Laurent lors d’une soirée au New Jimmy’s, le club « select » installé au boulevard du Montparnasse. Lors de cette soirée, Yves pressent le potentiel de Betty. Elle deviendra sa muse, son amie, sa partenaire de vie.

« Yves a eu un coup de foudre physique. J’étais androgyne, asexuée, c’est une chose qui le touchait c’est sûr, mais notre ressemblance n’était pas seulement physique, on se ressemblait aussi, moralement, mentalement, ce qui est assez incroyable… et là où il est très fort, c’est d’avoir senti que je pouvais être une âme sœur. »
Betty Catroux

photo 4
Yves Saint Laurent et Betty Catroux à Marrakech dans les années 70
© Musée Yves Saint Laurent

Betty et Yves deviennent inséparables de jour comme de nuit. Ensemble, ils fréquentent les boites de nuit parisiennes les plus branchées et les excès qui vont avec. Betty s’exprimera d’ailleurs à propos de cela en disant :

« Nous vivions pour la séduction. La séduction était notre but. Charmer, séduire, était un plaisir énorme pour nous. Et puis c’était faire la fête, toutes les nuits. Ne faire que des choses amusantes. Coquines. Boire. Des excès. Que des choses que les gens ne font plus. Ne vivre que pour s’amuser. ».

Betty Catroux

Betty Catroux incarne la femme moderne des années 1960, affranchie et libérée. Elle ne porte que des pièces masculines accessoirisées avec des touches féminines. Cette association, emblématique de son style et de son caractère, inspireront au couturier nombreuses de ses créations. Le physique androgyne et le vestiaire singulier de Betty Catroux ont notamment trouvé leur écho dans le célèbre smoking féminin crée en 1966 par Yves Saint Laurent. Cette tenue d’homme revisitée pour les femmes bouscule les codes traditionnels de la mode et le pouvoir symbolique du vêtement. C’est d’ailleurs dans sa version prêt-à-porter qu’il connaitra un succès fulgurant et non pas dans sa version haute couture. Le smoking féminin devient l’apanage des femmes émancipées, des femmes comme Betty. Elle n’a jamais travaillé pour son ami mais aura porté ses créations iconiques toute sa vie.

Venez profiter de l’exposition Féminin Singulier, du 3 mars 2020 au 11 octobre 2020 au Musée Yves Saint Laurent Paris au 5 avenue Marceau, Paris XVIe.

Un article de Clémentine Benâtre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s