Quand les yurei viennent hanter nos écrans !

Chaque civilisation possède ses propres contes et légendes qui font peur aux enfants et qui ressortent lors des nuits d’Halloween. Des nombreux démons, vampires et autres loups-garou rôdent alors tout autour de nous et nous effraient en cette nuit de fin octobre. Le Japon ne fait nullement exception à la règle et de nombreuses créatures de son folklore s’immiscent peu à peu dans nos écrans pour nous apeurer, nous et nos enfants. Parmi la multitudes d’oni et autres yokai qui pullulent dans les médias asiatiques, les yurei, fantômes japonais, font partie des choses les plus effrayantes. Elle le sont d’autant plus quand ils viennent prendre possession de nos écrans !

Qu’est-ce qu’un yurei ?

Les yurei vont vous faire trembler en cette nuit d’Halloween car ils vont très certainement s’inviter dans vos téléviseurs pour l’occasion. Pourtant, il serait bon de savoir ce qu’ils sont vraiment. En effet, il existe de nombreux types de yurei dans le folklore japonais.

_wikipedia_commons_2_2f_Aokigahara_forest_04
Forêt d’Aokigahara, préfecture de Yamanashi, Japon. Wikimedia Commons, photo de mtzn

Les yurei sont dans les traditions actuelles des âmes de défunts n’ayant pas trouvé le repos éternel est revenant hanter le monde des humains. Ils s’attachent à un lieu et reviennent régulièrement, errant sans fin et hantant de nombreux châteaux ou autres endroits comme la célèbre forêt d’Aokigahara, située au pied du mont Fuji. Aussi baptisée la Forêt du suicide, elle est considérée comme l’un des lieux les plus hantés au monde. Comme dit précédemment, plusieurs types de yurei viennent hanter les humains, certains étant plus dangereux que d’autres.

Les premiers et les plus récurrents sont les onryo, aussi appelés esprits vengeurs. Généralement morts de manière violente, ces derniers reviennent sur Terre pour tourmenter les humains ici-bas. Ce sont ces derniers qui seront par la suite approfondis au travers de plusieurs œuvres cinématographiques ou vidéo-ludiques. Généralement, les onryo sont des femmes qui viennent se venger des hommes les ayant trompées, battues ou bien tourmenter des femmes vivantes et heureuses. Il existe peu d’onryo masculins mais ces derniers se retrouvent tout de même dans certains jeux vidéos, films, livres et pièces de théâtre de kabuki.

 

Autre les onryo, qui sont parmi les plus répandus, il existe aussi les ubume qui sont les esprits de femmes enceintes ou ayant des enfants en bas âge, les goryo, qui sont les esprits de nobles malfaisants apparaissant parfois dans le théâtre No comme pacifiques et enfin les funayurei, les esprits de personnes noyées en mer et pouvant couler les embarcations qui les aident par mégarde.

Le J-Horror : les yurei à l’écran

Comme dit précédemment, les yurei se retrouvent de plus en plus dans nos téléviseurs. En effet, les onryo voulant se venger effraient et fascinent à la fois. Ces esprits vengeurs questionnent les spectateurs sur le pourquoi du comment de leur haine envers les humains et c’est cette fascination qui va faire éclore la majorité des films et des jeux vidéo qui les mettent au centre de l’histoire : les J-Horror.

Ne jamais jouer avec les yurei !

_wikipedia_id_thumb_2_2c_Mayu_Mio_in_Fatal_Frame.jpg_800px-Mayu_Mio_in_Fatal_Frame
Cosplayeuses de Mio et Mayu, héroïnes de Project Zero 2 Crimson Butterfly. Wikimedia Commons, photo de Andiazamuddin

De nombreuses licences vidéo-ludiques utilisent les onryo pour faire peur. L’une des plus importantes reste la série des Project Zero. Cette série de jeux qui compte actuellement 5 jeux sortis et 1 spin-off mettent en avant l’horreur que peuvent faire les yurei lorsque ces derniers hantent des lieux. Le jour contrôle généralement une jeune fille ayant parfois des pouvoirs parapsychiques qui lui permettent de voir les esprits, accentuant ainsi la peur du protagoniste et des joueurs. De plus, la grande majorité du temps, les esprits reviennent pour attaquer l’héroïne et la forcer à accomplir des rites sacrés en compagnie de grandes et puissantes prêtresses mortes, étant souvent la cause de tous les maux du jeu. Et notre seule arme pour s’en défendre est un appareil photo aux pouvoirs occultes. La camera obscura sera-t-elle votre laisser -passer pour connaître les sombres péripéties des lieux que vous explorez ? Exorcisez vos peurs des yurei en compagnie des protagonistes de cette série de survival-horror aussi atypique qu’exutoire.

Hanter les téléviseurs : les yurei au cinéma !

Outre les fantômes qui hantent les jeux comme Project Zero qui a également eu droit a une adaptation au cinéma, les yurei les plus connus viennent de séries de films japonais. L’un des plus connus et qui a effrayé beaucoup de spectateurs est Ringu, parfois connu en Europe grâce au remake américain The Ring. L’histoire tourne autour d’une légende urbaine qui veut que les personnes voyant la cassette d’une jeune fille tombant dans un puits meurent au bout de sept jours. Le fantôme emblématique de la série se nomme Sadako, Samara dans le remake, et va généralement sortir du téléviseur pour attaquer et tuer ses victimes. Elle est présentée comme une jeune fille à la peau pâle, vêtue d’une robe blanche et ayant de longs cheveux noirs cachant son visage. Il s’agit ici de la forme la plus commune que prennent les onryo sur Terre, faisant de Sadako la figure par excellence des yurei au Japon et de part le monde. Mais un autre fantôme vient tourmenter et effrayer les personnes aimant les films J-Horror. Faisant des bruits avant de s’attaquer aux protagonistes, désarticulée et particulièrement effrayante : Kayako de Ju-on (The Grudge pour le remake américain).

_r_1920_1080_medias_nmedia_18_62_45_53_18677826
Kayako, The Grudge 2. © Allociné, Metropolitan FilmExport

Les yurei sont de plus en plus connus et nous effraient tout autant, c’est pourquoi de nombreux jeux vidéo d’horreur et certains films continuent de les utiliser. Jouer à des séries comme Project Zero ou visionner Ring ou Ju-on est parfait pour fêter Halloween comme il se doit.


Image en une : Cosplayeuse de The Ring à la Amazing Arizona Comic Con de 2014. Wikimedia Commons, photo de Gage Skidmore

En savoir plus :

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s