Dans l’atelier de l’artiste

  • Le 15 mai dernier s’ouvrait la dernière exposition temporaire au musée national Eugène Delacroix intitulée Dans l’atelier : la création à l’œuvre. L’exposition est à découvrir jusqu’au 30 septembre 2019.

Le musée national Eugène Delacroix se déploie dans le dernier atelier de l’artiste romantique. Situé rue de Fürstenberg en plein cœur du 6ème arrondissement, cet atelier a été la dernière demeure de l’artiste où il vécut de 1857 jusqu’à sa mort en 1863. C’est un lieu qu’il a entièrement remodelé pour correspondre à ses critères personnels. Pour entrer dans le musée le visiteur gravit un immense escalier de bois imaginé par le peintre pour franchir le seuil de la demeure de l’artiste et entrer dans son univers. Le ton est donné.

Ce lieu d’histoire et de mémoire a été transformé en musée dans les années 1920 par des artistes de l’époque, soit près de soixante ans après la mort du peintre. Pourquoi l’atelier de l’artiste fascine-t-il tant ? Comment fait-on vivre aujourd’hui le processus créateur de Delacroix ? Ce sont ces questions que Léa Bismuth, qui a travaillé avec Dominique de Font-Réaulx, directrice de la médiation et de la programmation culturelle au musée du Louvre dans le cadre de cette exposition, qui nous interroge sur ces thématiques. Lorsque l’on déambule de pièce en pièce dans cette exposition, on y découvre des esquisses, des projets, des tableaux du peintre dans le lieu même – ou presque – où Eugène Delacroix les a imaginés. Une catégorisation qui essaie de retracer les différentes lignes de vie de l’artiste. Ce récit qui se déroule devant les yeux du visiteurs opère par glissement de terrain, où il sillonne presque l’esprit de Delacroix.

IMG-2703Entrée de l’atelier au musée national Eugène Delacroix. Crédits photo Cécile Strub

Léa Bismuth a tenu une conférence début juin dans l’atelier même d’Eugène Delacroix qu’elle a très justement intitulée L’atelier de l’artiste, la maison de l’écrivain, des espaces autres. Elle s’inspire ici de la conférence tenue par Michel Foucault en 1967 appelée Des espaces autres où le philosophe débat sur la valeur même que nous donnons à un espace public, privé, social, familial ou historique et y explicite pour la première fois son concept d’hétérotopie. Léa Bismuth rapproche cette réflexion de celle qu’elle a essayé de construire dans l’exposition présentée ici. Dans la continuité de Michel Foucault, l’atelier de l’artiste est, selon Léa Bismuth une hétérotopie : « un lieu de retranchement, de l’irréductible, de l’incontrôlable, un lieu qui s’achève par une temporalité qui lui est propre. » L’atelier est formé d’un écosystème propre qui développe sa propre forme de vie et se déploie dans le temps.

IMG-2701Anne-Lise Broyer, Dialogues (2018). Crédits photo Cécile Strub

L’atelier est-il alors cet « espace autre » qui n’existe que dans les yeux de celui qui le regarde ? Léa Bismuth propose au cours de cette conférence une visite guidée dans le tourbillon de ce qu’elle nomme la psycho-géographie des lieux de vie, d’art et de création. A travers le prisme de trois artistes, Eugène Delacroix, Honoré de Balzac et Man Ray, Léa Bismuth développe sa réflexion autour de l’espace de l’artiste. Il existe un lien fort entre le lieu, la production artistique, l’espace et l’acte artistique. Pour elle, l’espace est une affaire d’acte, de mobile et l’atelier apparaît alors comme un lieu sacré, d’accomplissement.

IMG-2708Laurent Pernot, MEMORIA (2019). Crédits photo Cécile Strub

De quelle manière se promène-t-on subjectivement dans ces lieux d’élaboration artistique ? Et surtout, pourquoi ? C’est tout le propos de l’exposition Dans l’atelier : la création à l’œuvre qui cherche à déconstruire l’imaginaire du mausolée de l’atelier de l’artiste en un lieu de vie et de pratique artistique contemporaine. En invitant les trois plasticiens Anne-Lise Broyer, Laurent Pernot et Jérôme Zonder à intervenir dans l’atelier d’Eugène Delacroix et dans le jardin, Léa Bismuth invite la contemporanéité à s’exprimer au sein du musée.

Le thème de l’artiste et de son atelier est récurrent dans l’histoire de l’art. C’est un sujet qui a toujours intrigué. En effet, qui n’a jamais rêvé de pouvoir regarder au-dessus de l’épaule de l’artiste créateur ? De se promener dans ses pas et de trouver l’inspiration dans ses traces ? Michel de Certeau disait : « L’espace est un lieu qui se pratique. » (L’invention du quotidien, 1980). C’est le leitmotiv qui semble guider la déambulation du visiteur qui (re)découvre les œuvres d’Eugène Delacroix et surtout est invité à se faire surprendre par des œuvres contemporaines qui questionnent l’ermitage de l’artiste. Cette exposition équivoque saura résonner en chacun au passé et au présent.

Informations pratiques :

Dans l’atelier. La création à l’œuvre du 15 mai au 30 septembre 2019

Commissariat : Léa Bismuth est critique d’art et commissaire d’art contemporain française. Dominique de Font-Réaulx est la directrice de la médiation et de la programmation culturelle au musée du Louvre.

Musée national Eugène-Delacroix
6 rue de Fürstenberg, 75006 Paris
Ouvert de 9 h 30 à 17 h 30, sauf les mardis.

Publicités

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s